saint andré de valborgne

Saint-André-de-Valborgne est une commune française située dans le département du Gard, en région Occitanie.

Résultat de recherche d'images pour "saint andré de valborgne photo"

Commune située sur le Gardon de Saint-Jean dans la Vallée borgne que ferme la crête des Cévennes

Résultat de recherche d'images pour "saint andré de valborgne photo"

L’existence de la paroisse de « Sancto Andresi de Valbornia » est mentionnée des l’an mil dans les parchemins de l’abbaye Saint-Victor de Marseille, dont les moines implantent la culture de la châtaigne sur les pentes et les vallées qui bordent le mont Aigoual. Dès le XIIIe siècle, l’évêché de Nîmes jette un regard méfiant sur la vallée Borgne, où se sont réfugiées quelques familles cathares après le ralliement du baron d’Alais, Raymond de Pelet, a l’armée des croisés de Simon de Montfort, chargée d’extirper l’hérésie. Les seigneurs locaux, trop faibles pour jouer un rôle quelconque dans cette première participation à l’histoire nationale, oscillent entre les Pelet d’Alais et les Bermond d’Anduze qui se déchirent au grand détriment des populations rurales, dépourvues de protection. Le traité de Meaux (1229) qui entérine le rattachement du Languedoc a la France attenue les rivalités entre les petites seigneuries querelleuses, qui vont exploser avec la guerre de Cent Ans (1335-1453). Le château fort du Folhaquier, première borne du Gévaudan, change plusieurs fois de main ; les partisans de Du Guesclin puis du maréchal de Boucicaut ont le plus grand mal à refouler plus au nord les seigneurs cévenols possessiones en Guyenne et qui témoignent d’une fidélité absolue envers les rois d’Angleterre, et ce jusqu’à la mort d’Henri V à Vincennes en 1420. À l’issue des guerres d’Italie, la baronnie d’Alais tombe entre les mains des seigneurs de Cambis, favorables à la Réforme. Les petits seigneurs cévenols embrayent le pas à leurs suzerains, attirés par les perspectives de mettre la main sur les biens du clergé. Dès 1560, le culte protestant est imposé à Saint-André par les seigneurs qui prélèvent la dime en prévision des guerres qui s’annoncent. Une compagnie de 50 hommes d’armes est mise à la disposition du prince de Condé pour s’emparer de Montpellier et de Mende (1562-1563) puis participe aux guerres suivantes :

Résultat de recherche d'images pour "saint andré de valborgne photo"

  • 1567-1568 : siège de Paris et bataille de Saint Denis.
  • 1569-1570 : batailles de Jarnac, la Roche l’Abeille, Moncontour, le Pouzin, Arnay-le-Duc.
  • 1575-1576 : libération d’Alais et prise de Chartres.

Nîmes, devenue place de sûreté, commande toutes les troupes huguenotes, qui s’illustrent à la bataille de Villemur (1592) laquelle voit la défaite de la Ligue du Languedoc. L’édit de Nantes (1598) apporte la paix et la prospérité, mais en 1620, les hostilités reprennent entre les armées de Louis XIII et les milices du duc de Rohan. En 1629, les soldats de Saint-André quittent Alais invaincus, avec armes et bagages. En 1685, l’édit de Fontainebleau qui révoque l’édit de Nantes entraine l’occupation de la paroisse par les milices et les compagnies de dragons. En 1702, la révolte des Camisards surprend les troupes royales, vaincues à Saumane. L’occupation consécutive de Saint-André, qui ruine les habitants, alimente la révolte qui recrute plus d’une centaine de combattants. Le pouvoir des garnissaires ne s’étendant pas à plus d’un jet de pierre des murs de la petite cité, le maréchal de Villars ouvre les négociations qui se concluent par une petite paix locale assortie de droits limites. Mais quelques irréductibles tiennent le maquis jusqu’en 1710. En 1787, l’édit de tolérance est bien accueilli, mais ne suffit pas à rallier les populations qui participent avec ferveur à la Révolution. La compagnie de gardes nationaux de Saint-André sert de creuset à tous ceux qui de 1792 à 1815 vont combattre sur tous les fronts de l’Europe. La conscription, qui devient très lourde sous l’Empire, provoque toutefois une fissure au sein de la population. Des colonnes mobiles sont levées pour traquer sur le Causse les réfractaires, de plus en plus nombreux.

Résultat de recherche d'images pour "saint andré de valborgne photo"

Républicaine, Saint-André accueille favorablement les évènements de 1830 et de 1848. Quelques habitants sont même emprisonnés lors du coup d’état de 1851.

En 1870-1871, les Saint-Andréens suivent l’armée du général d’Aurelle de Paladines, victorieux à Coulmiers.

En 1914-1918, les réfugiés belges sont aimablement accueillis. Saint-André perd 76 de ses fils.

En 1939-1945, Saint-André recueille des républicains espagnols, des juifs et perd de nombreux fils lors de la tragédie du maquis d’Aire de Cote.

Un mécène local offrira une grande demeure pour les anciens détenus des stalags et des oflags. La mutation économique de la petite bourgade s’effectue au fil du développement du tourisme.

Image associée

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement le nom de Valborgne-du-Gard1.

En 2014, une citoyenne originaire de Saint-André, Camille Halut, présente aux élections municipales une liste composée de citoyens tirée au sort afin de mettre en place une démocratie municipale locale où l’ensemble des citoyens pourraient participer à la vie mun