le malzieu

e Malzieu-Ville – Lozère

Les médiévales du Malzieu

Voyage festif au temps du Moyen-âge : 6ème édition : Excalibur

du 26/05/2017 au 28/05/2017

Agenda dépassé
 
 

Les médiévales du Malzieu - Le Malzieu-Ville - Lozère.Pour la 6ème année consécutive, le bourg médiéval du Malzieu-Ville vous invite à un week-end de l’Ascension festif placé sous le signe du Moyen-âge, sur la traces d’ « Excalibur et de la légende du Roi Arthur » : campements, démonstrations de combats, reconstitutions historiques, spectacles de rue, ateliers d’artisanat, activités pour les enfants, marché médiéval, spectacle équestre, tavernes… Un véritable voyage dans le temps pour le bonheur de tous, petits et grands ! A noter dans vos agendas pour une sortie familiale ou entre amis unique, conviviale et festive …

Résultat de recherche d'images pour "le malzieu ville fête médiévale 2018"

Le Malzieu-Ville se situe dans le nord du département de la Lozère, dans l’ancien pays du Gévaudan. Plus précisément, c’est dans la région naturelle de la Margeride que l’on retrouve la vallée où se blottit la cité. L’altitude moyenne de la commune est de 835 m

Résultat de recherche d'images pour "le malzieu ville fête médiévale 2018"

Du Haut Moyen Âge, il reste des traces, au moins dans les coutumes locales, d’une bataille qui aurait eu lieu contre les Sarrazins au VIIIe siècle. En effet, le « pré des Sarrazins », situé sous le village de Verdezun, attesterait de ce combat. Il y aussi le chemin des « Espagnols ». Les seigneurs du Malzieu se battent avec leurs voisins.

Vers le IXe siècle, des moines de Saint-Gilles s’installent dans la région du Malzieu. Ainsi, ils batissent une église consacrée à saint Hippolyte au Malzieu, et une dédiée à saint Laurent à Verdezun4. On trouve des sarcophages dans la crypte de l’église.

Durant cette période, en 1055, le Malzieu devient la propriété des barons de Mercœur, l’une des huit baronnies du Gévaudan. Les barons, qui ont un château à Saugues, construisent leur château principal à Verdezun5. À la fin du XIIe siècle, la ville du Malzieu se munit de remparts et de grandes tours3. En 1307, l’évêque de Mende, Guillaume VI Durand, conclut avec le roi de France l’acte de paréage. Cet acte partage en trois le territoire du Gévaudan : la terre du roi, la terre de l’évêque et la terre commune (administrée également par les barons). Les Mercœur ayant principalement leur possessions en Auvergne, leur baronnie est alors rattachée à la cour de Riom et au parlement de Paris, alors que le reste du Gévaudan est dépendant de la cour et du parlement de Toulouse6.

Lors de la guerre de cent ans, la ville est assiégée et pillée plusieurs fois par les grandes compagnies.

Image associée

Au XIXe siècle, le village est marqué par une certaine rechristianisation. Il continue d’abriter des congrégrations, des processions y ont lieu le 15 août. En 1905, la porte de l’église est enfoncée parce que le clergé s’oppose aux inventaires de la loi de Séparation de l’Eglise et de l’Etat.

Le Malzieu reste encore un territoire rural à vocation agricole avec de nombreux prés à brebis et à vaches. Les activités agricoles comme les grandes foires de la Sainte-Barbe sur la place du foirail et le travail de la laine de mouton déclinent au profit d’une timide industrialisation et d’un fort développement des services. Le Malzieu est l’un des premiers villages électrifiés de Lozère. Aujourd’hui, l’industrie agro-alimentaire (Tellus), l’industrie textile de la peau de mouton (ifoolki), l’industrie du bois et l’industrie du métal (France Résille) se maintiennent sporadiquement.

Le Malzieu n’échappe pas cependant aux grands conflits contemporains. Il envoie son lot de poilus et paie son tribut à la Première Guerre mondiale. Le dernier poilu mort au front, le 11 novembre 1918, jour de l’armistice, vient de Montchabrier. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Malzieu se distingue par sa Résistance. Au pied du Mont-Mouchet et des Gorges de la Truyère, il sert de point d’appui. Un médecin du nom de Marc Monod soigne de nombreux résistants. Des juifs trouvent refuge au Malzieu, protégés par plusieurs Justes. Simone Serrière, Henri et Hélène Cordesse hébergent un temps la famille Reiss, composée d’une mère et de ses quatre enfants, au pensionnat des frères des écoles chrétiennes12. Le sergent Marcellin Cazals résiste aux ordres d’arrestation des autorités en prévenant des opérations, sauvant ainsi des juifs cachés dans la gendarmerie.

Au XXe siècle, les services se développent. Le Malzieu sert de relais de poste entre Paris, Lyon et Toulouse. À la Belle Epoque, on ne compte pas moins de sept hôtels-restaurants, qui se distinguent par des menus très copieux d’inspiration lyonnaise. Le Malzieu vante ses cures d’air en altitude. Après guerre, le Malzieu s’étale hors des remparts. Un mouvement de périurbanisation s’opère et de nouveaux lotissements se construisent tout autour des remparts. Depuis la Seconde Guerre mondiale, Le Malzieu fait figure de pionnier du tourisme en Margeride et développe le tourisme vert. En 1963, un établissement VVF pionnier (Village vacances familles) s’installe à Ganigal. En 1971, le village est classé station verte. Les remparts médiévaux sont entièrement restaurés et classés monument historique. Une grande base de loisirs avec terrain de tennis, terrain de football, de basket, de skate, de tennis de table, aire de pique-nique, aire de jeu, piscines en plein-air, piste de chevaux, parcours VTT et quad s’étend le long de la Truyère. La proximité de l’autoroute A75 en a facilité l’accès. Plusieurs manifestations sont organisées dont Les Médiévales et les Musicales.

 le

 

Image associée