élevage du cheval et du poney dans l’ariège

le cheval le plus représentatif du département de l’ariège est le mérens

Le cheval de Mérens, Mérens ou mérengais, encore parfois nommé poney ariégeois, est une race française de petit cheval de selle et de trait léger rustique à la robe noire. Il est originaire de la vallée de l’Ariège, dans les Pyrénées centrales, dans le sud de la France et le nord de l’Espagne, près d’Andorre.

L’histoire de la race Mérens est intimement liée à celle de sa terre d’origine, les Pyrénées, comme en témoignent de nombreux mythes et légendes à son sujet8. L’aire d’élevage se cantonne longtemps au haut comté de Foix.

Groupe de chevaux en Ariège, dont plusieurs Mérens

Au début des années 1970, il ne reste plus qu’une quarantaine de chevaux Mérens inscrits dans le stud-book de la race9. Ce cheval est sauvé de la disparition par des communautés utopistes croyant en l’Apocalypse écologique40. En effet, en plein mouvement hippie, des populations « marginales » s’installent dans les petits villages de l’Ariège et relancent l’économie locale, entre autres en reprenant l’élevage du Mérens41. À la même époque, l’histoire de l’étalon semi-sauvage Bonbon devient un phénomène local42. Cet étalon Mérens, rendu orphelin suite à un accident, est élevé au biberon et au lait de chèvre puis vendu à un maquignon avant de regagner son pays natal et de remporter un prix comme étalon. Il meurt à vingt ans, foudroyé en altitude avec tout son troupeau43.

Parallèlement, le Mérens est remis au goût du jour comme animal de loisir par Lucien Lafont de Sentenac. Les efforts des éleveurs s’orientent vers le « phénomène poney », en effet, le cheval Mérens est renommé « poney » pour des raisons commerciales et administratives44. Grâce à une bonne gestion des effectifs de la race et de la communication en faveur de celle-ci, les effectifs se reconstituent peu à peu en ayant recours aux inscriptions à titre initial9. Entre 1975 et 1985, le nombre de chevaux Mérens est multiplié par deux, passant de 2 000 à 4 000 individus44. Ce sauvetage est un bel exemple de sauvegarde d’une race en voie de disparition45.

Depuis les années 1980

En 1977, le Mérens est introduit dans l’île de la Réunion, où son élevage fait désormais partie de l’économie locale. Il sert de monture de randonnée équestre, et pour les travaux de débardage46. Il est désormais la monture la plus utilisée en tourisme équestre sur l’île47, et s’est parfaitement adapté aux reliefs particulièrement escarpés ainsi qu’au climat48. Il promène les touristes dans des régions volcaniques couvertes de cendres49.

Quatre étalons têtes de lignées existent : Quart, Contestataire, Uranium et Vengeur, réhabilité vers 1985 grâce à ses origines prestigieuses qui en font l’un des fleurons de la race. Plus récemment, des étalons comme Nogaréde de l’Oum, Simboule la Fajole, Ségule du Coyt et Objecteur d’Uscla ont obtenu de grands résultats de reproducteurs pour la race36.

Un centre national du cheval de Mérens est ouvert par le SHERPA (Syndicat hippique des éleveurs de la race pyrénéenne ariégeoise) dans les années 1990 à La Bastide-de-Sérou, pour offrir un soutien à la sauvegarde de la race50. Il présente le Mérens dans un bâtiment avec un musée vivant et un centre équestre51. En 1997, le SHERPA a offert un Mérens au ministre britannique Tony Blair29. Le 1er janvier 1998, le Mérens est retiré du groupe des « poneys » par les Haras nationaux et classé parmi les chevaux de sang36.

En 2000, la race Mérens est choisie par Jean-Louis Savignol pour lancer le tout premier élevage de chevaux labellisé bio et destinés aux loisirs plutôt qu’à la consommation humaine. Leur alimentation est entièrement naturelle, les chevaux sont vermifugés avec un mélange d’ail et d’argile, l’éleveur fait appel à l’homéopathie et l’ostéopathie pour soigner ses bêtes et leur fait effectuer la transhumance chaque année. Il a dû retrouver des techniques et un savoir-faire perdu depuis des dizaines d’années52,53.

voici quelques adresses d’éleveurs de chevaux et de poneys:

Equiloisirs


François MEYER
09230 FABASCentre de tourisme equestre, préparation et passage des galops de pleine nature. Balades et randonnées en coteaux et montagne. Hébergement sur place: camping à la ferme et gite rural 6/8 places label accueil paysan.


» Site Weblogo

FERME DE LA BARRE


Nadia et Claude ZERVOS
09600 DUNLa ferme équestre de la Barre vous accueille pour des randonnées en liberté ou accompagnées, avec possibilité d’hébergement en gîtes ruraux ou gîtes d’étape. Pension de chevaux.

Dupuy Lucien

Place de Garrabet, 09400, Mercus Garrabet

05 61 05 86 44

email

1 2 3 4 5

Club Hippique de Las Rives

Lieu Dit Las Rives, 09340, Verniolle

05 61 60 58 60

email

1 2 3 4 5

Martinez Nicolas

Lieu Dit Las Rives, 09340, Verniolle

05 61 69 51 19

email

1 2 3 4 5

Haras National

Les Trois Bornes, 09100, Pamiers

05 61 67 36 23

email

1 2 3 4 5

Haras de la Basterne

Lieu Dit la Basterne, 09190, St Lizier

05 61 66 28 86

email

1 2 3 4 5

Haras Picard du Sant

Hameau Des Peyroutets, 09230, Lasserre

09 75 84 19 77

email

1 2 3 4 5


  1. Lieu dit Peyroutets
    Lasserre
    05 61 66 65 34

    Haras National

    www.haras-nationaux.fr
    page Google+

    Les Trois Bornes
    Pamiers
    05 61 67 36 23

    Sakina Services Distribution

    www.sakina-elevage-chevaux.fr
    1 avis de Google

    Lantogne
    Saint-Martin-d’Oydes
    05 61 69 70 57

    Ferme des Bouries

    fermelesbouries.free.fr
    page Google+

    Bouries
    Seix
    05 61 04 85 84
    La Mouline
    Alliat
    05 61 05 98 58

    Ferme équestre du Soularac

    www.cheval-en-pyrenees.com
    page Google+

    Coufet
    Roumengoux
    05 61 69 74 05

    Gerinec Agnes

    plus.google.com
    page Google+

    Maillou
    Bédeille
    05 61 04 80 12

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *